« En tandem pour la vue », entre Avignon et Marseille (du 15 au 24 mai 2012)

19/06/2012 08:29

« En tandem pour la vue », entre Avignon et Marseille

 

 

Au rendez vous à Avignon nous étions 31 tandems et avec l’encadrement cela faisait un total de près de  90 personnes, tous  là pour relever le même défi : Accomplir en 10 jours un parcours de près de 1 000 kms entre Avignon et Marseille, avec un dénivelé positif de 12 000 mètres environ.

 

Quel défi !!!  Montrer que bien qu’handicapés nous pouvions réaliser un exploit sportif, afin de sensibiliser la population à la déficience visuelle, et particulièrement  sensibiliser à la recherche médicale pour  les maladies de la vue.

« En tandem pour la vue » en est à sa 7ème édition, et la grande majorité des participants avait déjà relevé les  défis des années précédentes.

A les entendre dès le premier soir  annoncer  à qui voulait l’entendre, leurs performances en matière de cyclisme L’un avait fait déjà le « Paris Brest Paris, , l’autre avait roulé en montagne et monter x cols, l’autre encore  avait passé des brevets de 200 kms, un certains nombre de fois, bref, et moi ?? …. Et bien je n’avais rien fait ! rien fait d’extraordinaire, seulement roulé  tout au plus trois fois entre 100 et 120 kms, et accompli environ 1 000 kms entre janvier et mai en guise d’entrainement !.De quoi se sentir  toute petite  et très  mal à l’aise ! Mais pas question de s’appesantir sur son sort quand Daniel est ton pilote…!!! On y était, alors « il suffisait de pédaler et d’appuyer sur les talons, et ça montait » !!!  Alors j’ai râlé pendant trois jours, pensant mourir à chaque épingles à cheveux, et j’ai appuyé sur les talons ( enfin j’ai essayé) j’avais tellement mal aux cuisses !!!Et puis  je me suis aperçue ,  que   finalement, je souffrais comme les autres, et aussi que j’arrivais en haut de ces sacrées « bosses »comme les autres. Et sans la ténacité, la patience et les encouragements de Daniel, je n’y serai pas arrivées,  j’aurais probablement  abandonné.

 Alors j’ai commencé à y prendre un réel plaisir, à sentir les bonnes odeurs de la Provence, les genets à cette époque de l’année embaument vraiment la montagne, à entendre les grillons, et les oiseaux. J’ai appris à être patiente dans les montées, et à pédaler régulièrement  jusqu’en haut, même si il y avait 7 ou 10 kms de côte. Et lorsque enfin on arrive en haut vidée, épuisée, quelle satisfaction !!cette impression de dominer le monde !exacerbée par les descriptions que me faisait Daniel  du paysage qui nous entourait.

Et après la montée…. La descente bien sûr !Grisante, par la vitesse, les lacets qui s’enchainent les uns derrière les autres, Quel bonheur !

Pas de compétition entre nous, pas de rivalité, seulement une grande solidarité, une entraide lorsque l’un d’entre nous avait un souci mécanique , et cette même volonté d’y arriver.

Une ambiance extraordinaire, et des souvenirs plein la tête pour un bon moment !

Impossible de terminer sans rendre hommage à tous les pilotes qui nous ont accompagnés pendant ce périple, et plus particulièrement Daniel,mon pilote bien sûr, qui pendant 10 jours a non seulement piloté le tandem en m’encourageant, me stimulant dans les montés,  a fait preuve d’une grande patience lorsque je râlais, m’a  décrit   la beauté des  paysages, , mais aussi a été d’une totale disponibilité pour m’aider en dehors des période de vélo. Un immense merci à lui.

Un défi relevé,  une expérience humaine et sportive  

à vivre ou à renouveler.

Dominique